Ils nous abattent comme des animaux

Selon un article publié le 1 mars dans le Courrier International, la guerre lancée contre la drogue au Philippines par le président Rodrigo Duterte lors de son arrivé au pouvoir en juin 2016 aurait fait plus de 7,000 morts. Le gouvernement offre l’immunité, voire une récompense à toute personne qui réussit à mettre la main sur un trafiquant ou un consommateur de drogue, mort ou vivant.

Les parlementaires ont voté pour le retour de la peine capitale afin d’aider à mener cette fameuse guerre contre la drogue. Selon le président Duterte, les usagers et trafiquants de drogue ne méritent aucun droit humain, donc le mot d’ordre est de les abattre. Il invite des vigiles qui patrouillent Manille toutes les nuits et abattent les gens dans la rue. La corruption reigne, et beaucoup de ces vigiles sont des policiers qui sont impliqués eux-mêmes dans le trafic des drogues.

Le reportage de photojournalisme s’intitule : « Avons-nous ouvert les portes de l’enfer? » Ce sont des reporters et cameramen qui réfléchissent sur la manière dont cette guerre à la drogue se déroule. On les appelle les « night crawlers », des journalistes de fait divers qui travaillent la nuit. C’est alors que les cadavres apparaissent dans les rues de Manille. C’est souvent effroyable. La méthode préférée des tueurs est de rouler à 2 sur une motocyclette en s’approchant du présumé trafiquant ou consommateur et de l’abatte d’une balle à la tête.

Il y a parfois des mises en scènes plus élaborées ou on cible les trafiquants. On retrouve les cadavres dans les ruelles avec le visage enrubanné et des affichettes qui disent par exemple ‘chien sale, voici ce qui vous attend’. Ceux qui ont à couvrir ces évènements sont invités par les policiers avant l’évènement pour assurer la couverture médiatique. On invite les journalistes à décrire l’impact de la drogue pour assurer une couverture auprès du public, une forme de propagande. Les journalistes croient à leur rôle d’informateur pour informer sur les dommages sociaux liés à la consommation de la drogue.

Ce travail acharné à amener plusieurs journalistes internationaux, dont Daniel Berehulak du New York Times, un reporter de guerre, qui a fait un reportage hallucinant publié en décembre 2016. Des scènes inimaginables.

On parle souvent de la désensibilisation, en voyant tant d’images si violentes. Tous les photographes impliqués indiquent que ce qui importe est d’humaniser les victimes, en rappelant que ces gens-là ont des familles. Le travail des journalistes est fondamental pour faire connaitre les impacts de cette guerre sociale. L’importance de témoigner des horreurs qui se passent dans la société philippine permet d’assurer une reconnaissance et une pression sociale.

Daniel Berehulak (né en 1975) est un photographe et photojournaliste australienne basée à New Delhi. Originaire de Sydney, Australie, et un collaborateur régulier du New York Times. Il a visité plus de 60 pays pour couvrir des événements, y compris l’Irak, les guerres afghanes, le procès de Saddam Hussein, le travail des enfants en Inde et le retour de Benazir Bhutto au Pakistan. Il a également documenté de nombreux problèmes sociaux et les personnes aux prises avec les conséquences de catastrophes naturelles, y compris le tsunami au Japon et la catastrophe nucléaire. En 2015, il a reçu le prix Pulitzer de la photographie pour sa couverture de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Il a été un finaliste du Prix Pulitzer pour sa couverture de la inondations au Pakistan en 2010. Ses photographies ont gagné cinq prix World Press Photo. Il a été nommé deux fois photographe de l’année par Pictures of the Year International (2014 et 2015). En 2016, il a été nommé photographe de l’année (publication à grande publication) pour son contenu photojournalistique par le National Press Photographers Association’s.

 

Références

« They Are Slaughtering Us Like Animals », Daniel Berehulak, publié dans Newyorktimes.com, décembre 2016

« I Will Kill All the Drug Lords«  The making of Rodrigo Duterte, Sheila Coronel  Sep 20, 2016

Site officiel de Daniel Berehulak, photographe de guerre

 

 

No Comments

Post a Comment

Flickr