Self portrait Richard Avedon

Richard Avedon, artiste photographique

Richard Avedon, auto-portrait capté en 1980

Avedon s’est auto-proclamé un artiste: sa relation entre lui et son sujet est celle d’un sculpteur et son argile. Il manipule son sujet pour obtenir ce qu’il cherche à exprimer.  Il prétend que la photographie est une fiction: c’est la vision du photographe qu’il partage. Une photographie représente la mort d’un moment. Le photographe est le nouvel écrivain.

Richard Avedon (1923 – 2004) est un photographe de mode et portraitiste. On a dit de lui que ses photographies de mode et portraits ont contribué à définir l’image culturelle de l’Amérique et des standards de la beauté durant la deuxième portion du XXe siècle. Pour Avedon, la mode est son gagne-pain, et le portrait sa véritable passion. Il a souvent décrit l’importance d’établir une relation avec son sujet qui devient un peu comme un miroir de sa propre personnalité qu’il a pu capter.

Avedon est né à New York, d’une famille juive. Son père, Jacob Israel Avedon, était un immigrant d’origine russe qui réussi à lancer une entreprise prospère de vente au détail de robes sur la Cinquième Avenue, appelé « Avedon’s Fifth Avenue ».

Très jeune, la première muse du futur photographe est sa plus jeune soeur, Louise. Durant son adolescence, elle lutte pour maintenir sa santé mentale, alors qu’elle se détache de plus en plus de la réalité. Cette expérience de jeunesse a influencé sa vision de la mode et façonner sa vie et sa carrière. Il a toujours cherché à saisir la beauté tragique dans ses photos.

En 1946, ses photographies ont commencées à être publiées dans « Harper’s Bazaar » et il devint photographe en chef du magazine. En 1962, il devient photographe pour Vogue. Jusqu’en 1973, il produit la majorité des pages couvertures du magazine.

La campagne Calvin Klein avec Brooke Shields alors qu’elle avait à peine 15 and en 1980 est demeurée jusqu’à aujourd’hui une image iconique.

Richard Avedon, Brook Shields

Brook Shields, campagne Calvin Klein de 1980

 

La campagne Calvin Klein avec Brooke Shields

La campagne Calvin Klein avec Kate Moss en 1997

En plus de sa production pour l’industrie de la mode, et à partir de 1960, Avedon accumule des portraits en studio de défenseur des droits civiques, de politiciens, d’artistes, de dissidents politiques, de patients d’hôpitaux psychiatriques, de manifestants contre la guerre du Vietnam, de l’événement de la chute du mur de Berlin.

On dit des portraits d’Avedon qu’ils révélent plus qu’ils ne flattent. Un portraitiste travaille un peu comme un interviewer : avec une contrainte de temps, ils doivent assurer une performance de la part du sujet.

Avedon a déjà dit “All photographs are accurate. None of them is the truth.”, Avedon comprend que la photographie est un art collaboratif entre le photographe et son sujet, un échange réciproque. Il aime utiliser le récit pour évoquer des réactions de ses sujets et de jouer avec leurs émotions, ce qui lui permet de capturer les expressions qu’il veut montrer.

Le meilleur exemple est le portrait qu’il a produit avec le Duc et la Duchesse de Windsor. Voici une photo du couple prise aux Bahamas par le Vancouver Sun en 1940 (le photojournaliste n’est pas identifié)

Duc et Duchesse de Windsor par photojournalise du Vancouver Sun en 1940

Duc et Duchesse de Windsor prise au Bahamas et publié par le Vancouver Sun en 1940

 

Duc et de la Duchesse de Windsor

Photo couverture du Time en 1950 du Duc et de la Duchesse de Windsor

Après avoir abdiquer au trône de l’Angleterre pour épouser la femme qu’il aimait, Édouard VIII reçut le titre de Duc de Windsor, et sa nouvelle épouse Wallis Simpson devint la Duchesse de Windsor au moment de leur mariage dans les années 1930. Wallis est une écrivaine mondaine avec deux ex-mari. En plus de l’effervescence politique que leur romance a provoquée en Grande-Bretagne durant la Seconde Guerre mondiale, le duc et la duchesse de Windsor ont été également soupçonné par beaucoup d’être des sympathisants nazis.

Avedon savait que ses sujets étaient des habitués au séances photo et qu’ils s’attendaient à une session habituelle classique comme toutes les autres sessions par le passé. Avedon savait que le couple adorait les chiens. Alors qu’ils étaient assis face de la caméra, il leur a dit qu’en route pour venir les rencontrer, son taxi avait frappé et tué un chien.

The Duke and Duchess of Windsor, Waldorf Astoria, Suite 28A, New York, April 16, 1957

Le Duc et la Duchess de Windsor au Waldorf Astoria, en avril 1957

Projet “In the American West”

Ce projet est un point tournant dans la carrière d’Avedon. Il décide d’entreprendre une grande tournée de l’ouest américain à la recherche de sujets représentant la classe ouvrière dans leur contexte de travail, incluant des mineurs, des femmes au foyer, les agriculteurs, des sans-abris. Il voulait se sortir du moule de la documentation de personnalités connues, de l’attitude mensongère de l’industrie du vedettariat. Le projet a duré cinq ans et s’est complété en 1985 par la production d’une exposition et un catalogue de plus de 762 sujets.

Citations d’Avedon qui méritent une discussion

“I hate cameras. They interfere, they’re always in the way. I wish: if I could just work with my eyes alone.”
“I believe that you’ve got to love your work so much that it is all you want to do.”
“I think all art is about control – the encounter between control and the uncontrollable.”
“Anything is an art if you do it at the level of an art.”
“There is no such thing as inaccuracy in a photograph. All photographs are accurate. None of them is the truth.”

Références pour l’oeuvre de Richard Avedon

La fondation Avedon

The Guardian, 2017, In the American West

Some of the most powerful portraits that Richard Avedon ever shot were those commissioned by the Amon Carter Museum of Art, in Fort Worth, Texas, in 1979. A selection of images from the series In the American West, showing the people he photographed in Texas, will be on show at the museum until 2 July.

Richard Avedon’s ‘In the American West’ By The ASX Team on January 24, 2011

5 Lessons Richard Avedon Has Taught Me About Street Photography, Eric Kim

Richard Avedon, 2013,  Darkness and Light, YouTube video

Rétrospective de la vie et l’oeuvre d’Avadon, par la Corporation for Public Broadcasting, American Masters Series

No Comments

Post a Comment

Flickr