L’art du portrait dans la production Suits de Netflix

Les séries produites pour les grands diffuseurs tels les diffuseurs sur l’internet, les cablodiffuseurs et la télévision sont une révolution au niveau des méthodes de production et de l’usage des technologies nouvelles.

Ces séries sont produites avec des caméras à l’épaule avec stabilisation avec gyroscopes, un éclairage naturel, avec des capteurs de grande sensibilité et une grande mobilité de l’équipe de production. La possibilité d’utiliser l’éclairage naturel simplifie la production des scènes, et accélère la production avec une équipe technique réduite. Les prises de vue se font avec des objectifs rapides, en utilisant de grandes ouvertures du diaphragme pour augmenter la luminosité, ce qui donne la caractéristique distinctive d’avoir une faible profondeur de champ. On peut ainsi concentrer l’attention de l’observateur sur l’expression du visage du personnage. On utilise souvent des scènes où la mise au point passe d’un personnage à l’autre, au fil d’une discussion.

De plus, on utilise plusieurs scripteurs et roule en paralelle plus d’une histoire à la fois, donnant ainsi un rythme accéléré pour garder l’intérêt du spectateur.

Il est intéressant de noter que la qualité des images est très soignée, en dépit d’une production accélérée. On joue sur la profondeur de champ, les plans multipes, le changement rapide des angles de vue et l’efficacité de l’éclairage naturel. Cette agilité de conception et de production ont changé les règles de l’industrie de la production, effaçant la différence historique entre les productions vidéo et cinématographiques.

Voici une sélection de capture d’écran tirées de la 3e série de Suits. La qualité de l’image capturée est moindre que l’image qui apparait sur un écran haute résolution. Cependant, on peut très bien observer le style d’éclairage des scènes. Une seule source de lumière est utilisée, souvent la lumière naturelle qui vient de la fenêtre, qui donne un éclairage directionel.

 

Éclairage typique: arrère plan avec fenêtre extérieure, fournissant la lumière pour les sujet. La profondeur de champ est minimale (large ouverture du diaphragme) permet de garder hors champ l’arrière plan.

 

Configration typique: la lumière naturelle en arrière plan provennant d’une grande fenestration fournit un écclairage en contre-jour sur le personnage principal.

 

 

La lumière ambiante venant de l’éclairage au plafond donne un effet de rétro-éclairage au personnage. Malgré la faible luminosité, le sujet est bien éclaire (scène de soirée).

 

Le type d’éclairage typique de la série Suit: arrière plan avec grandes fenêtres, sans soleil direct, éclairant la scène avec une lumière latérale directe, ainsi que la réflexion retournant vers le sujeit.

 

 

 

Les rideaux tirés permettent de donner à cette scène un effet d’intimité, tout en offrant des contrastes intéressant sur le visage du sujet principal.

 

 

Plans multiples, où le personnage en arrière-plan est au foyer, avec à l’avant-plan l’interaction secondaire du 2e personnage est hors-foyer. Cette scène hors-champ peut alterner entre les 2 personnages, dirigeant le regard de l’observateur pour capter les émotions des acteurs.

 

Ici, on utilise des stores verticaux pour réduire l’impact de la lumière extérieure et éviter les effets d’éblouissement.

 

Un exemple d’un plan de la ville (qui sont très abondents et souvent impressionants) avec un angle original: un édifice moderne en contraste avec un édifice plus traditionel, avec l’effet mirroir. L’utilisation de drones donne des scènes extérieures de New York fascinantes.

 

Prises de vue avec drones

De nombreux clips de quelques secondes permet de montrer la ville de New York de manière spectaculaire. Des scènes de nuit font ressortir l’aspect spectacle de la ville, en mettant en valeur l’architecture des édifices, des ponts et des rivières Hudson et East River, en choissant soigneusement les angles de prise de vue.

 

 

Directeur de la photographie (DOP)

Daniel Stofoff

 

 

No Comments

Post a Comment

Flickr