La vision anthropologique d’Edward Curtis

Edward Sheriff Curtis, né en 1868 est un photographe ethnologue américain. Son travail anthropologique social sur les peuples Amérindiens de l’Ouest américain a laissé des photographies, des documents écrits, des enregistrements sonores des chants indiens. Il a réalisé un inventaire photographique d’amérindiens de 80 tribus.

Edward Curtis, 1868  –  1952
Photographe et ethnologue

A 17 ans, il devient apprenti photographe à St-Paul, Minnesota. Deux ans plus tard, famille déménage à Seattle et devient partenaire dans un studio de photo

En 1895, Curtis rencontre dans son studio la princesse Angeline (1820 – 1896), la fille du grand chef Sealth of Seattle, ce qui lui permet de produire son premier portrait d’un Amérindien.

Princesse Angeline

En 1898, 3 images sont choisies pour une exposition de la National Photographic Society (incluant 2 photos de la princesse Angeline). Il remportre le grand prix de l’exposition.

En 1898, Curtis rencontre des scientifiques durant une expédition sur le Mont Rainier, des experts de la culture amérindienne On l’engage comme photographe officiel pour l’expédition Harriman d’Alaska en 1899.

En 1906, JP Morgan offre un soutien de $75,000 (équivalent à $2 millions de dollars 2017) pour produire une série d’images d’Amérindiens, afin de produire une collection de 20 volumes pour un total de 1,500 photos. Le fond est payé sur une période de 5 ans et ne doit supporter que le travail de terrain, excluant son salaire.

Avec ces fonds, il engage une équipe, incluant l’anthropologue Frederic Webb Hodger, du Smithsonian Museum.

Au total, 222 séries ont été publiées. Curtis est le photographe, mais documente le style de vie en mode de disparition, et écrit les introductions des livres. Il produit aussi 10,000 rouleaux de cire pour enregistrer les langues et musiques des peuples en voie de disparition. Il a produit un total de 40,000 photos provenant de 80 tribus différentes.

Il a décrit les pratiques tribales, leur histoire, leur nourriture, habitation, habillement, cérémonies, jeux et pratiques funéraires. Il a écrit des biographies des chefs de tribu.

Avec l’émergence des techniques cinématographique, il a produit des films illustrant la vie les tribus. Ce matériel abondant est souvent resté unique.

En 1935, la succession Morgan vend les droits de tout le matériel non publié de Curtis pour un total de $1,000 plus redevances. Cette vente inclut 19 collections d’images, des milliers d’impressions papier, les plaques de cuivre et les négatifs originaux. La majorité du matériel demeura intouché et redécouvert en 1972 dans un sous-sol d’une maison de Boston.

Il meurt dans l’ignorance générale en 1952. Au début des années 70, l’intérêt pour son travail renait. Plusieurs expositions d’importance et anthologies des Amérindiens, en harmonie avec l’éveil des cultures amérindiennes.

 

L’authenticité du travail de Curtis a été fortement contesté. Il avait la fâcheuse habitude, pour des raisons artistiques, d’améliorer la composition de ses photographies: enlever des objets en post-traitement, utiliser des vêtements anachroniques, faire des mise en scène non conforme à la réalité amérindienne. Conséquemment, l’ensemble de l’oeuvre s’est trouvée mis en doute et a été discréditée.

Curtis est un malheureux exemple d’une mauvaise gestion des droits d’auteurs. Avec ses ententes de soutien, il a perdu les droits de distribution de son oeuvre. Malgré de nombreuses années passées à accumuler un matériel abondant et original, il a été incapable d’assurer un revenu pour subvenir à ses besoins. Il est mort dans l’oubli total.

 

Type d’équipement utilisé par Curtis

Caméra 8 X 10, utilisant des plaques de verre sensible pour capter l’image. C’est le type d’éqipement que Curtis utilisait sur le terrain, qui permettait d’obtenir des images présices et de haute résolution.

Références

Gallerie Edward Curtis

Musé Smithsonian   Le projet épique d’Edward Curtis de photographier les amérindiens

Northwestern Unversity  Projet Curtis

PBS  Le capteur d’ombres

Musé de Portland   L’héritage d’Edward Curtis

No Comments

Post a Comment

Flickr