Les villages Potemkin de Gregor Sailer

C’est la légende du village de Potemkin qui a inspirée Gragor Sailer pour produire cette série de photographies. Au XVIIIe siècle en Crimée, le prince Grigori Potemkin ordonne la construction de bourgs en trompe l’oeil afin de cacher la pauvreté du pays avant la visite de l’Impératrice Catherine II. Soucieux de lui épargner le visage sinistre de la Crimée récemment annexée lors de sa visite en 1787, il aurait donné l’ordre de créer des « villages » entiers constitués de rien de plus que des façades peintes érigées tout au long de son parcours. Aujourd’hui, l’expression “village Potemkin” désigne un trompe-l’oeil à des fins de propagande.

Les images architecturales de Gregor Sailer illustrent des caractéristiques politiques, militaires et économiques : centres de conditionnement physique aux États-Unis et en Europe, répliques de villes européennes en Chine, pistes d’essai de véhicules en Suède. Sans surprise, la Russie, pays d’origine du terme, a toujours les mêmes pratiques pour dissimulée la réalité lorsque des personnalités politiques de haut rang visitent de l’étranger.

 

Villages De Potemkin Modernes

Gregor Sailer réalise ainsi entre 2015 et 2017 les photographies de plusieurs villages de Potemkin modernes provenant de plusieurs pays. Une série de villes et de villages déserts, des centres d’exercice militaires aux Etats-Unis et en Europe, des répliques de villes européennes en Chine ou encore des pistes d’essais de véhicules en Suède. Quant à la Russie, encore aujourd’hui, des rues entières sont mises en scène pour la visite de personnalités politiques.

Gregor Sailer capture ce qui se cache derrière ces façades. Il photographie ces villages sous une lumière diffuse et sans ombre, soulignant ainsi d’autant plus leur caractère artificiel. Il cherche à révéler l’absurdité de notre époque.

Les villes illustrées avec ces images par le photographe autrichien Gregor Sailer peuvent paraître réelles, mais elles sont en réalité un mélange de faux et de copies. Son objectif est de brouiller la frontière entre illusion et réalité.

Sailer a commencé cette série en 2015. Il a étudié le mythe original et a trouvé deux exemples récents de ces villes fantômes politiquement chargées en Russie, où la toile et le papier peint avaient été utilisés pour masquer des propriétés vacantes lors d’une visite de Poutine en 2013.

Il a ensuite visité d’autres sites dans le monde, notamment en France, en Allemagne et aux États-Unis. « La corde raide entre illusion et réalité a toujours accompagné mon travail, mais cela n’a jamais été le sujet principal d’un projet auparavant », a confié Sailer.

« Les efforts et les investissements pour construire toutes ces grandes villes sont très impressionnants », a-t-il déclaré. « Même si je savais que tout était faux, ces villes et villages factices semblaient être vrais. Il y a une certaine solitude à marcher dans ces endroits. » Sailer n’a pris qu’une seule photo pour chaque emplacement en utilisant un appareil photo analogique grand format.

Dans certaines villes militaires, il ne disposait que de peu de temps pour choisir son angle et prendre l’image. « Je devais souvent réaliser les photographies sous pression, en particulier dans les zones restreintes, vous savez que vous n’avez qu’une chance », a-t-il déclaré. « On ne peut pas faire de repérage. Un click par scène est ma façon personnelle de travailler et d’aiguiser la conscience. »

Les images sont en grande partie prises sans aucun personnage – une décision intentionnelle du photographe d’ajouter au sentiment étrange des images. « J’ai toujours été plus intéressé par les traces et la présence d’humains que par leurs images. Pour moi, l’absence de personnes dans de telles contexte augmente l’atmosphère surréaliste et oppressante », a ajouté Sailer.

 

L’inspiration derrière le projet

Les images de Sailer donnent accès au monde des faux, des copies et des façades artificielles. En les exposant à l’œil du spectateur, il met à rude épreuve la valeur de ces aberrations souvent absurdes de la société actuelle.

L’objectif du photographe est de défier l’idée de l’illusion en photographie, de se demander si une photographie peut véritablement capter l’authenticité de l’architecture.

Il voit deux couches d’imitation dans chaque image: la première est la scène captée et la seconde est la photo elle-même. « C’est fascinant, mais aussi effrayant, les efforts et les énergies investis de nos jours pour créer de telles illusions ».

 

Description des images

Un village classique de Potemkine en Russie où, à l’occasion d’une visite de Vladimir Poutine à Suzdal dans la ville d’Oufa, des rues entières étaient masquées de papier adhésif, de papier peint et de bâches dans un effort pour donner aux bâtiments abandonnés un simulacre d’activité. M. Sailer a admis qu’il avait des doutes, mais a précisé qu’en 2016, il s’était rendu dans le village russe de Suzdal, au nord de Moscou. À son arrivée, il a découvert des cabanes à moitié effondrées qui avaient été recouvertes de palissades attrayantes. Trois ans plus tôt, en apprenant que le président Vladimir Poutine devait faire une visite, des responsables locaux s’étaient précipités pour améliorer Suzdal et avaient ainsi créé une ville à demi imaginaire, censée ne pas blesser l’œil du souverain. M. Sailer sourit. « Certaines choses ne changent jamais, je pense. »

 

Les images les plus saisissantes sont peut-être celles de sites militaires secrets, construits pour permettre aux soldats de s’entraîner dans des zones ressemblant à des zones de conflit. Dans certains cas, M. Sailer a attendu 10 mois avant d’y avoir accès; ses visites ont dû être composées sans trahir le mouvement des chars et des zones de tir. Les photographies ont dues être vérifiées par les autorités militaires. Ce que l’on montre dans ces photos, c’est le calme de ces espaces et leur sinistre.

 

Autre site de formation antiterroriste en France, il existe des complexes d’appartements qui semblent prêts à être habités. Dans ces décors de théâtre de guerre, les concepteurs ont travaillé d’arrache-pied pour recréer des détails réalistes. Arles, France – Le quartier semble banal, même s’il est un peu négligé: un magasin à un dollar, une laverie automatique, une entreprise de mode avec quelques autres activités commerciales.

 

Le ciel est lourd, la couleur de l’étain; la neige recouvre le trottoir. Les publicités pour la loterie de New York dans les vitrines de l’épicerie sont un cadeau. Mais quelque chose ne va pas. Quel quartier de New York a une histoire? Et est-ce que ce sont des pins en arrière-plan? La légende de la photo révèle que ce n’est pas du tout New York, bien sûr, mais la Suède: une réplique grandeur nature de Harlem dans une forêt à l’ouest du pays, près de Göteborg. L’asphalte et la neige sont bien réels, mais presque tout le reste est faux. Les rues sont vides de personnes et de voitures; les devantures de magasin sont des photos grandeur nature, imprimées sur toile et suspendues à des cadres en acier.

 

Des villes chinoises ont construit pour ressembler à Weimar, en Allemagne, ou à Henley-on-Thames, en Angleterre. Ils ont ainsi attiré de nombreux photographes amusés par l’idée de villes entières contrefaites. Mais M. Sailer les traite avec un sérieux impassible, pas avec une série de doublures: avec leurs couleurs diluées et leur lumière aplatie, ces photographies sont d’une beauté sereine.

Holland Town VI, Gaoqiao New Town, China, 2016

Voir les images des Villages de Potemkin

 

Démarche artistique

Sailer indique qu’il a essayé de ne prendre qu’une seule image à chaque endroit, une rigueur conceptuelle qui l’avait obligé à scruter chaque élément devant lui. « Cela affine mon processus », a-t-il déclaré.

Certains pourraient penser aux bâtiments industriels catalogués de manière obsessionnelle par Bernd et Hilla Becher, ou aux paysages urbains vacants de Thomas Struth et Masataka Nakano.

Ils pourraient également être perçus comme une réponse ironique aux traditions de la photographie de rue – sauf que alors que les rues de la ville capturées par Garry Winogrand et Lee Friedlander crépitent avec les gens et l’énergie, ici, il n’y a presque aucun humain à apercevoir. « Il est toujours très important pour moi d’intégrer l’aspect esthétique », a déclaré M. Sailer.

« Même si c’est la beauté de l’apocalypse ou de l’oppression, c’est beau. »

 

Réflexion sur le vrai et le faux

Souvent le faux est plus beau que le vrai. Mais peut-on dire que le vrai (comparé au faux) est nécessairement plus beau par définition?

 

 

Les canneaux de l’Hotel Venician (Las Vegas) et de Venise

 

Fontaine de Trevi,  Las Vegas & Rome

 

Les grandes entreprises chinoises de construction imitant le style des grandes villes européennes.

 

Projet antérieur : Closed Cities (2009 à 2012)

Ce projet offre une analyse du visuel de communautés fermées en Algérie, en Argentine, en Azerbaïdjan, au Chili, au Qatar et en Russie. Au moyen de photographies architecturales et paysagères raffinées, Sailer visualise ces agglomérations urbaines artificielles et invisibles.  Ces communautés sont isolées des yeux du monde, que ce soit par des murs ou par leur environnement hostile. Les sujets traités sont les mines de matières premières, les bases militaires et les camps de réfugiés, ainsi que les communautés fermées pour les riches. Ces formes d’implantations urbaines reflètent et révèlent un tournant historique auquel le monde est confronté au début du XXIe siècle: ressources en baisse, changements climatiques, conflits politiques et recherche d’une sécurité absolue.

Voir les photos du projet Closed Cities

 

Commentaires sur l’exposition Les villages Potemkin par Gregor Sailer

 

 

 

No Comments

Post a Comment

Flickr