L’apocalypse des centres d’achat

Voici un thème de photographie sociale unique : la documentation photographique de grands centres d’achat abandonnés aux États-Unis. Le site « DeadMall.com » présente une compilation de plusieurs centaines de centres d’achat abandonnés.

Nous nous intéressons à l’œuvre des photographes Seph Lawless et Jesse Rieser. Le premier est un photographe documentaire établi du phénomène alors que Rieser a su ajouter une inspiration artistique à la décadence des temples de la consommation.

L’oeuvre de Seph Lawless

Références:

Taking Pictures Of The Dead Shopping Malls Of Our Youth: Images From Suburban America

 

La collection de Jesse Rieser

Rieser étudié la condition humaine en regardant à travers une lentille, créant des images remplies de détails révélateurs et de personnages fascinants. La photographie l’attire parce qu’elle raconte des histoires par la divulgation autant que par l’omission. Il qualifie son travail comme est une exploration de l’honnêteté. Il s’agit de la prise de décision et des détails. C’est une question de point de vue. Il s’agit de cacher certaines choses. Et montrer aux autres.

L’autre élément de la photographie qu’il trouve si convaincant est son immédiateté. Bouton enfoncé, moment capturé. Mais ce moment peut prendre une heure, une journée, une vie entière pour créer, pour évoluer. Et n’importe qui peut appuyer sur un bouton. Rieser s’engage avec ses sujets. Je comprends et communique avec mes sujets. Je peux voir leur vision à travers mes propres yeux.

Selon Rieser, les subtilités sont la substance des histoires. Ce sont les éléments inexpliqués, l’expression non évidente, les artefacts peu clairs. Ce sont les mystères persistants sur la photo qui refusent de se révéler à l’observateur durant les premières secondes.

 

Références:

The Retail Apocalypse: The Changing Landscape of American Retail

 

No Comments

Post a Comment

Flickr