Freeman Patterson, photographe environnemental activiste

 » Cherchez la lumière « 

Selon Patterson, tout artiste est avant tout un artisan maîtrisant parfaitement les matériaux, les outils et les techniques de son médium. Cependant, aucune connaissance technique n’est suffisante pour transformer l’artisan en un artiste. L’artiste doit avoir la passion pour les choses ultimes. Selon Patterson, la capacité des êtres humains à être créatif dépend fondamentalement de la santé et du bien-être de notre biosphère. Cette prise de conscience constitue le cœur de son travail. Abstraction des éléments visuels afin de reconnaître leur particularité est devenue automatique, mais les voir, les combiner et les créer en tant qu’ensembles intégrés demeure son défi.

Préparation et présentation par François Spénard


“Voir, au sens le plus large, signifie utiliser vos sens, votre intellect et vos émotions. C’est votre contact avec tout votre être. Cela signifie regarder au-delà des étiquettes des choses et découvrir le monde remarquable qui vous entoure”.

Photographe, enseignant, voyageur du monde entier, Patterson a des raisons de penser que sa vie sera peut-être une vie nouvelle et satisfaisante. Bien qu’il ait déjà mérité une longue liste de distinctions nationales et internationales – y compris l’Ordre du Canada et la plus haute distinction décernée par la Fédération Internationale de l’Art Photographique à Berne, Suisse -, les récents développements lui ont permis de mieux faire connaître son travail. À Toronto, le Musée royal de l’Ontario organisait une exposition de 45 photographies de ShadowLight (4 mars 2015) se terminant le 23 février. Ses huit livres précédents se sont vendus à plus de 400 000 exemplaires au Canada et à l’étranger.

 

Images abstraites

Biographie

Né en 1937 (81 ans), Freeman Patterson vit à Shamper’s Bluff, au Nouveau-Brunswick, près de la maison de son enfance. Il a fréquenté des écoles multigrades (une pièce) à Grey’s Mills et Long Reach, ainsi qu’une école secondaire à la Macdonald Consolidated School à Kingston. Il a obtenu un B.A. (Honours: Philosophy) de l’Université Acadia, Wolfville, Nouvelle-Écosse, en 1959. Le sujet de sa thèse d’honneur était « La forme du bien » dans Platon’s Republic. En 1962, il obtint une maîtrise en théologie (Union) au Union Theological Seminary de la Columbia University, à New York. Sa thèse de maîtrise était « La photographie immobile en tant que moyen d’expression religieuse ». À New York, Freeman a étudié la photographie et la conception visuelle en privé avec le “Dr Helen Manzer”.

En 1966, il s’installe à Toronto pour travailler pendant un an au studio Berkeley, maison de photographie et de production de films de l’Église Unie du Canada. Pendant ce temps et jusqu’à la fin des années 1970, Freeman accomplit de nombreuses missions partout au Canada pour la division de la photographie de l’Office national du film du Canada (ONF). Il a également développé une large liste de clients professionnels dans les domaines de la rédaction et de la publicité.

Freeman est revenu au Nouveau-Brunswick en 1973 afin de poursuivre ses intérêts artistiques personnels et d’établir un atelier de photographie et de design visuel. Depuis lors, il a donné plusieurs cours d’une semaine chaque année et, à partir de 1984, également en Afrique australe, où il a co-fondé les ateliers photographiques de Namaqualand. Il a donné de nombreux ateliers aux États-Unis, en Israël, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Bien que Freeman réalise une grande partie de son travail photographique chez lui, il voyage beaucoup pour photographier et enseigner. Depuis 1973, il a fréquemment présenté des séminaires d’une demi-journée ou d’une journée à de grands groupes (50 à 4000 personnes) sur les arts visuels, la musique, l’éducation et l’écologie au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs autres pays. Depuis 1977, il a écrit et illustré douze livres pédagogiques sur la photographie et la conception visuelle. Freeman a également écrit pour divers magazines, la radio de CBC, et a été présenté sur les chaînes Man Alive, Sunday Arts And Entertainment et Adrienne Clarkson Presents de la chaîne de télévision CBC.

 

De septembre 2013 à la mi-janvier 2014, la Galerie d’art Beaverbrook de Fredericton, au Nouveau-Brunswick, a organisé une grande exposition rétrospective (115 copies) de l’œuvre de Freeman, organisée par Tom Smart. Cette exposition, “Embracing Creation”, était accompagnée d’une publication majeure portant le même titre (125 estampes, 12 essais de Freeman et un essai majeur sur la carrière artistique de Freeman par le conservateur Tom Smart).

 

Effets spéciaux

 

Déclaration d’artistique

Tout artiste est avant tout un artisan connaissant parfaitement les matériaux, les outils et les techniques de son médium et connaissant bien leur utilisation.

Cependant, à mon avis, aucune connaissance technique ni aucune compétence ne sont suffisantes pour faire de l’artisan un artiste. Cela exige de l’attention – une passion pour les choses ultimes. Cela ne veut pas dire que chaque œuvre d’art est ou devrait être une affirmation très profonde. En fait, beaucoup peuvent être très légers, mais plutôt que, consciemment et inconsciemment, un artiste engagé dans un travail sérieux soulève ou traite toujours la question: “Ce qui compte vraiment?”

Pour moi, répondre à cette question signifie reconnaître les facteurs qui m’ont produit et qui m’ont façonné. Je ne peux pas échapper à ces problèmes si je veux vivre de manière créative en tant qu’être humain ou, pour le dire autrement, si je dois prendre en charge et préserver l’intégrité de ma vie. La photographie (et, plus généralement, le design visuel) a été mon support.

Au sens le plus large, je photographie la nature, qui comprend les êtres humains. Ayant grandi dans une communauté rurale, j’étais entouré de choses naturelles. Contrairement à un enfant dans un environnement totalement urbain, mes amis et mon groupe de pairs n’étaient pas seulement des enfants, mais aussi des animaux sauvages et domestiques, des plantes de toutes sortes, des ruisseaux et des cascades, des rochers et du sable.

Cependant, la beauté évidente de mon environnement était contrebalancée par d’autres réalités. J’ai vu la chaîne alimentaire opérer, j’ai subi les effets de la sécheresse et des inondations et observé quotidiennement le processus de vieillissement.

Je pense que la capacité des êtres humains à être créatifs dépend fondamentalement de la santé et du bien-être de notre biosphère, des quelques kilomètres d’air, d’eau et de sol qui entourent notre planète comme une peau de pomme. Ils constituent tout simplement les bases physiques et spirituelles de notre vie et la seule source de matériel et d’outils nous permettant d’exprimer nos réponses aux questions et aux sentiments suscités par les choses ultimes. Création et créativité sont inextricablement liées.

Cette prise de conscience constitue désormais le cœur de mon travail. Abstraction des éléments visuels afin de reconnaître leur particularité est devenue automatique, mais les voir, les combiner et les créer en tant qu’ensembles » intégrés demeurera un défi de longue durée.

 

Textures

 

Lumière

 

 

Citations de Freeman Patterson

Création et créativité sont inextricablement liées.

La caméra pointe toujours dans les deux sens. En exprimant votre sujet, vous vous exprimez également.

Voir, au sens le plus large, signifie utiliser vos sens, votre intellect et vos émotions.

La créativité est un cadeau

 

Discours de Freeman Patterson

 

Earth Frame Fine Art Photography:  Inspiration

 

Entrevue avec Freeman Patterson

 

Images, reflections and ideas  (newsletter) Nov 2018

 

No Comments

Post a Comment

Flickr