L’inspiration et l’influence de Fan Ho

La richesse de l’oeuvre photographique de Fan Ho est unique. Inspiré par sa culture artistique asiatique, et comme autodicacte de la photographie, Ho a créé un document social unique du Hong Kong des années 1950-60. Sa vision photographique lui permet de créer des images distinctives. Sa signature unique par l’utilisation de la lumière en contre-jour, de cadrages élaborés, de compositions expertes, de sa sensibilité culturelle permet de reconnaitre son oeuvre facilement. Grâce à la qualité de son travail artistique, il a inspiré une génération de photographes qui continuent aujourd’hui à créer des images percutantes et significatives. Comme exemple, le corpus de photos de Stephen Cosh démontre la pérénité du travail de Fan Ho.

Ses débuts

Fan Ho (1931 – 2016) est né à Shanghai à une époque tumultueuse. En 1949, quelques années après la fin de la 2e Guerre Mondiale, sa famille quitte la Chine pour s’installer à Hong Kong. C’est là qu’il découvre son intérêt pour la photographie. Autodidacte, il s’intéresse à la vie urbaine; il explore les ruelles étroites, les marchés public, les grandes rues de Hong Kong. Depuis ses débuts et durant toute sa carrière photographique, il a utilisé une seule caméra : une Rolleiflex K4A.

Fan Ho a capté ces photos durant les années 1950 et 1960. C’est donc une œuvre de jeunesse. Par la suite, il a migré vers l’industrie du cinéma où il a fait une carrière réussie comme acteur et directeur de production.

Fin de ses années de photographe

En 1995, Ho se retire de ses activités de cinéaste à Hong Kong et émigre à San Francisco pour rejoindre sa famille. Il se désintéresse de la prise d’image avec de l’équipement moderne. Ainsi, il choisi de réinterpréter ses négatifs de Hong Kong et commence à exposer son travail dans les galléries locales. Suite à cette démarche, il retient l’attention de plusieurs galléries influentes aux États-Unis.

En 2015, Ho se lance dans un grand projet de révision de ses archives à la recherche d’œuvres inédites. Ce projet est une extension de son travail photographique qu’il avait décrit dans son livre  « Thoughts on Street Photography » de 1959. Bien que Ho l’ait produit  alors qu’il n’avait que 28 ans, il était déjà très conscient que certaines de ses photos préférées n’avaient pas encore eu l’occasion de briller.

En 2017, une rétrospective de son œuvre est publiée : « Portraits of Hong Kong ». Avant sa mort, Ho avait complété une sélection de 500 clichés.

Suite  à la publication du livre « Portrait of Hong Kong », le monde est en mesure de voir le Hong Kong que Fan Ho connu dans sa vingtaine. Son incroyable documentation montre une ville en pleine mutation, sans aucun soupçon de gratte-ciels qui vont bientôt transformer l’horizon urbain. Bien que le film en noir et blanc était sa préférence, nous voyons aussi des éclats surprenants de couleur, comme Ho a expérimenté avec toute les technologies à sa disposition à l’époque.

Interprétation de l’oeuvre de Fan Ho

« Approaching Shadow », 1954, sa photo la plus célèbre prise avec sa cousine comme modèle contre un mur du Queen’s College à Causeway Bay. La ligne d’ombre diagonale a été rajoutée en chambre noire, un symbole de la jeunesse qui disparaît rapidement

L’influence de l’œuvre photographique de Ho est marquante. La richesse des sujets, sa maitrise technique de capture des images et du traitement en chambre noire, son imagination, ses influences de jeunesse uniques tirées de l’art de la peinture asiatique en font un créateur de premier plan. Mais surtout son habilité à composer une image et de saisir l’intensité du moment le placent dans une catégorie à part.

Il a su extraire une dimension abstraite à ses images. On réfère à son œuvre de documentation de Hong Kong durant les années 1950 et 60 comme « le Cartier-Bresson de l’Est ».

Groupe 1: Inspiration traditionelle

Images high key inspirée de la peinture traditionnelle asiatique. Image à haut contraste, mettant en évidence certains aspects de la scène, avec composantes à l’avant plan pour amplifier l’effet de profondeur. Sensibilité pour la géométrie de l’image. Montagnes disparaissent à l’horizon. Le traitement High Key fait disparaître des éléments de l’image en mettant en évidence ceux qui sont plus importants. Trop de détails transforme la scène en un simple paysage. Ho cherche à composer une scène minimaliste.

Consulter ces exemples, incluant des peintures du peintre Bada Shanren, une source d’inspiration pour Ho.

Groupe 2: Documentation sociale

Documentation sociale de Hong Kong, avant l’arrivée des gratte-ciels. La lumière joue un rôle primordial dans la composition des photos de Ho, souvent en contre-jour, usage des ombres avec contrastes forts . Il se distingue par des cadrages dans un cadrage, des cadrages avec la lumière. In recherche à inclure des éléments complémentaires : fumée, brouillard, scènes matinales. Il prévéligie les scènes avec symétrie et l’utilisation d’éléments de profondeur. Il utilise une approche disciplinée pour assurer une composition équilibrée avec contrôle de la profondeur de champ.

Avec l’utilisation fréquente de composition en High Key, Ho se donne le défit de maintenir un intérêt dans la photo. Les tons moyens sont escampés et beaucoup de détails disparaissent. Son approche permet de mettre en évidence les éléments importants de sa composition et d’estomper les distractions.

S’abreuver à plusieurs sources

Ho croyait à l’importance d’étudier tous les formes d’art à la recherche de son inspiration, incluant la peinture, la poésie, la musique. La photographie n’est pas sa seule source d’inspiration.

Je ne m’inspire pas seulement des photographes. J’ai étudié la littérature chinoise. J’ai particulièrement aimé la poésie chinoise. Beaucoup de mes photos sont influencées par les grands maîtres de la poésie de la Chine d’il y a mille ans. Ils ont de l’âme. Je m’inspire aussi de la musique. J’adore les symphonies de Brahms, Mahlr, Debussy, et Stravinsky. J’adore la musique classique. Ils me donnent de l’inspiration, surtout pendant mon travail en chambre noire.

C’est avec cette attitude qu’Ho est devenu un cinéastre et un directeur à succès à Hong Kong, une transition logique aux compétences qu’il avait acquises comme photographe.

L’influence de Fan Ho

L’influence de Ho chez les photographes modernes est importante. Bien que moins connu que ses collègues européens et américains, son œuvre de documentation sociale est un corpus incontournable.

Stephen Cosh (visiter son site Web)

Comme exemple, voici un portfolio de Stephen Cosh : A la manière de Fan Ho, une sélection de photos publiés sur Flickr, des scènes de rue dans le vieux Jérusalem. Les images sur Flickr sont en haute résolution et téléchargeables. Toutes les techniques de composition de Fan Ho se retrouve dans ces images. Par compte la différence importante est que les images de Cosh sont captées avec une caméra numérique, une Leica M10. Cette caméra donne un tirage hyper précis au niveau de la résolution et du contraste.

The Second Layer
Stephen Cosh, A la manière de Fan Ho
A gauche, Fan Ho, à droite, Stephen Cosh avec traitement post-prod pour se rapprocher des photos de Fan Ho (atténuation du contraste, réduction de la netteté).

Références

Site officiel de Fan Ho

Les photos spectaculaires des rues de Hong Kong par Fan Ho durant les années 1950 et 1960

Interview of Fan Ho sur YouTube, 2015

The art of Photography, Ted Forbes, 2014

No Comments

Post a Comment